Repérer l'évitement des émotions en consultation



L'évitement des émotions consiste à tenter par différentes stratégies comportementales ou cognitives de se tenir à distance des émotions jugées intolérables. Cet évitement, bien que parfois fonctionnel, est la cause de beaucoup de difficultés chez les patients en souffrance avec leur image corporelle et/ou avec la nourriture. Lorsque les émotions sont évitées les problématiques émotionnelles ont tendance à se chroniciser et les problématiques comportementales s'accentuer. En se coupant de nos émotions nous perdons notre capacité à nous réguler et à nous adapter.

Dans ce quick tip nous présenterons différents éléments qui nous permettent dans un entretien clinique d'identifier des indices d'évitement.

  • Le patient donne une réponse émotionnelle qui parait inadaptée ou incohérente avec la situation. exemples : "mon mari m'a fait une remarque sur mon poids mais ça ne me fait rien" "je n'ai même pas de culpabilité quand je mange jusqu'à ne plus en pouvoir"

  • Le patient évite d'aborder ses difficultés. Cela peut être le signe qu'il évite de rentrer en contact avec le sentiment d'impuissance ou les jugements sur lui

  • Le patient répond par "je ne sais pas" exemple : lorsque le thérapeute aborde les émotions ressenties par le patient après une crise d'hyperphagie

  • Si lorsque vous évoquez un problème le patient semble dans le flou. Dans ce cas le langage non verbal et para verbal peut se modifier (ton de la voix, débit de parole, mouvement auto-centrés...)

  • Le patient se met à débiter des explications et des interprétations de ses difficultés sur un mode compulsif

  • Le patient a du mal à évoquer des émotions agréables. L'un des paradoxes de la recherche sur l'évitement expérientiel est que les personnes qui évitent les émotions négatives finissent par éviter aussi les positives. L'absence de spontanéité et de joie peut être un indicateur d'évitement fort.

  • L'ennui du thérapeute. Quand un patient est en contact avec son ressenti le thérapeute est généralement plus impliqué dans la relation.

Lorsque vous repérez ces signes d'évitement potentiel il peut être important alors d'aider votre patient à mieux rentrer en contact avec son ressenti.

  • en invitant le patient à ralentir

  • en posant des questions curieuses

  • en l'aidant à connecter l'expérience corporelle

  • en l'aidant à mettre des mots descriptifs sur le ressenti

  • en l'aidant à mettre en évidence ce que l'émotion vient toucher en terme de besoins Ces habilités seront présentées dans un prochain quick tip


Auteur : Florian Saffer, DtP., MsC.


Ce quick tip m'a été inspiré du travail de Steve Hayes, père de la thérapie d'acceptation et d'engagement


Nos prochains ateliers sur la thérapie d'acceptation et d'engagement


Nos prochains ateliers sur les approches de libération émotionnelle

774 vues

© 2019 Florian SAFFER

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic