La supervision m’a fait faire un jump important dans ma pratique. Les formations sont indispensables mais parfois ce n’est pas aussi simple que prévu de les mettre en pratique. Les cas abordés en formation ne sont pas toujours les mêmes que les cas rencontrés dans nos cabinets. Et parfois ça coince !

Lors de mes premières supervisions, j’ai souhaité aborder des cas « types » : comment travailler avec la personne qui est gourmande, qui a des compulsions ou qui est très rigide avec ses aliments etc … J’avais donc un ordre d’idée des points et axes de travail à envisager. Cela est rassurant surtout quand on démarre avec l’approche comportementale.

Puis au fur et à mesure on a travaillé de plus en plus finement avec les cas de patient avec qui j’ai bloqué dans leur prise en charge.

On part de ces situations. On reprend la « scène », parfois par des jeux de rôle, ce qui permet aussi de travailler sur le langage et la posture thérapeutique. Florian m’aide ensuite à dégager des pistes de travail. Cela fait avancer plus vite que si je suis seule à réfléchir. Et surtout cela m’offre des perspectives auxquelles je n’aurais jamais pensé seule !

Enfin les supervisions m’ont permis aussi de travailler sur ma propre « matrice » et son interaction avec celle de mes patients, de m’éclairer sur mon propre mode de fonctionnement en qualité de « thérapeute ». Et quand on connait l’importance de créer une bonne alliance thérapeutique, une telle aide vaut de l’or !

Bref je recommande vivement à qui veut progresser plus rapidement !

Virginie Brisson, diététicienne, Oiry

© 2019 Florian SAFFER

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic