21 sept. 2018

Analyse fonctionnelle

1 commentaire

Bonjour Florian,

Dans le cadre de l'analyse fonctionnelle, est-il opportun de partager avec son patient un schéma tel que vous l'avez dessiné dans votre exemple d'une crise de boulimie, afin qu'il comprenne mieux les tenants ou les aboutissants ? Ou bien est-ce que ce schéma doit rester un simple outil pour nous, qui nous aide simplement à orienter la discussion ?

Par ailleurs, auriez-vous la version française du chapitre du livre que vous avez rédigé et que vous nous avez partagé SVP ? Ça m'aiderait beaucoup...

Je vous remercie

bonjour Elisabeth

 

désolé de ma réponse tardive je suis passé à côté de ton message.

Le but d'une anamyse fonctionnelle est d'entrainer chez le patient une position "meta" ou d'observateur. Qu'il puisse mieux comprendre son fonctionnement et qu'il puisse mieux saisir les pistes de travail (défusion, modification de comportements...). Tu as donc le plus grand intéret à partager ton schéma avec lui et même à le faire avec sa collaboration (en l'interrogeant, en eméttant des hypothèses...) désolé pour le chapitre, pas de version française mais tu peux facilement le passer dans google translate

belle journée

Derniers posts
  • Je suis une patiente depuis 2 ans qui est dans un contrôle extrême, elle est aussi suivi par son psy pour ça. Et ce matin j'ai enfin réussi à mettre en place l'échelle de contrôle. Ce n'est pas encore parfait, j'ai du expliquer plusieurs fois de plusieurs manières différentes pour qu'elle comprenne et parfois lui souffler des réponses possible mais je pense avoir réussi à faire un petit déclic. Son action pour descendre de son niveau à un niveau souhaite c'est de prendre une collation. Compliqué pour une femme qui se pèse tous les matins, pèse tous ses aliments, compte les calories. Je ne désespère pas, on va arriver à descendre son niveau de contrôle. Ce poste pour dire que je suis contente de pouvoir aider plus concrètement cette patiente.
  • Bonjour Florian, Dans le e-learning à propos des compulsions, il est mentionné qu'il y aura une liste de mots en annexe pour qualifier les ressentis. Je ne l'ai pas trouvé.
  • je viens de travailler les modules de janvier, et février. Merci pour ces cours. Les fréquences sont donc plutot aversives. Et du coup, le plan alimentaire aussi j'imagine. Donc, si je comprends bien, il n'est pas opportun de donner ni de plan, ni de quantité, ni de fréquence au patient. Sauf, si c'est important pour lui et qu'il vient pour cela me semble t il! Mais alors, face à un patient dans l'hypercontrole et qui attend que tu le valides dans son contrôle voire que tu en rajoutes, alors, finalement, est-il possible d'utiliser cette approche, dans le sens, est ce que cela peut lui permettre de mettre de la flexibilité? J'ai été confronté à quelques reprises à des patientes qui étaient dans cette situation d'hyper contrôle. Elles étaient très fières et attendaient que je les valide. Qd j'ai commencé (certainement maladroitement ... je débute ...) à les amener à réfléchir sur le sens que ces comportements avaient pour elles, sur l'observation des csqt ... j'ai vu un gros point d'interrogation au dessus de leur tête. Une patiente continue à venir me voir tous les mois ... et je sais plus quoi faire. Elle m'apporte même ses livres de coachs sportifs pour que je lui donne mon avis ... Mais elle n'avance pas dans son contrôle, cherche toujours a perdre du poids, fait du sport à outrance pour maigrir ... (et cela ne fonctionne pas). J'ai essayé de lui faire prendre conscience de cet état de fait, et que ce qu'elle a mis en place ne fonctionne pas. Mais ... elle tourne en boucle et reste sur son fonctionnement (elle a des yeux tout rond et tout hermétique ... elle semble hypnotisé par ce qu'elle pense). Je me demande pourquoi elle vient me voir. Je ne sais pas comment l'aider finalement.

© 2019 Florian SAFFER

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic